La vessie irritable et l’incontinence urinaire

Les problèmes vésicaux chez la femme

La faible longueur de l’urètre, la proximité anatomique du vagin et de l’anus ainsi que la relative instabilité du plancher pelvien féminin favorisent les problèmes dans le mécanisme de fermeture de la vessie ainsi que les infections à répétition. À cela s’ajoutent les charges mécaniques induites par les grossesses et les accouchements, les influences hormonales des cycles ainsi que la régression du tissu due au manque d’œstrogènes.

L’incontinence d’effort est la forme la plus fréquente d’incontinence chez la femme, suivie de la vessie hyperactive qui peut également s’accompagner d’une incontinence d’urgence. Il existe aussi des formes mixtes alliant incontinence d’effort et incontinence d’urgence.

Les problèmes vésicaux chez l’homme

Les hommes souffrent moins souvent d’incontinence que les femmes. De plus, l’origine anatomique de l’incontinence est totalement différente chez l’homme. L’incontinence masculine se manifeste le plus souvent en lien avec des problèmes de prostate, par exemple lors d’une augmentation bénigne  du volumede la taille de la prostate ou après une opération de cette glande. Néanmoins, on retrouve fondamentalement les mêmes formes d’incontinence que chez la femme, à savoir l’incontinence d’urgence, l’incontinence d’effort (incontinence de stress), l’incontinence par regorgement, l’incontinence liée aux troubles neurologiques et les formes mixtes.

Alors que chez la femme c’est l’incontinence d’effort qui se situe au premier plan, chez l’homme c’est l‘incontinence d’urgence qui survient dans environ 50% de tous les cas.