Axes de recherche

5 axes de recherche

recherche-dermo-cosmetique3.jpgApporter une réponse globale

Désireuse d’apporter l'offre cosmétologique la plus complète possible, de l’accompagnement des problèmes cutanés au soin de la peau et du cheveu, notre R&D en dermo-cosmétique privilégie 5 axes de recherche : Hydratation, Réactivité cutanée, Hyper-pigmentation, Amincissement et Biologie du cheveu. Pour chacun d'entre eux, nos spécialistes identifient des actifs d’intérêt et de nouvelles cibles pharmacologiques. Ils développent un savoir-faire et des méthodologies adaptées pour mieux comprendre la physiologie de la peau normale ou pathologique. Ils développent de nouveaux modèles d’étude et d’évaluation des produits.

Les résultats de ces recherches font l’objet de nombreuses communications en congrès et de publications scientifiques dans des revues à comité de lecture.

Hydratation

hydratation.jpgIdentifier de nouveaux actifs

Les recherches menées sur la fonction barrière ont vocation à identifier et qualifier de nouveaux actifs agissant sur l’hydratation de la peau, le renforcement de la fonction barrière, le maintien de l’homéostasie épidermique, la résistance à différents stress, la protection contre les agents pathogènes externes, la réparation cellulaire et la régénération tissulaire. Elles concernent aussi la synthèse chimique et le bio-guidage de molécules originales.

Réactivité cutanée

inflammation.jpgContrôler l’excès de réaction cutanée

Nous recherchons des actifs aptes à contrôler l’excès de réaction aspécifique de la peau et de ses annexes dans les dermatoses inflammatoires comme l’acné, la dermatite atopique, la rosacée ou encore la dermite séborrhéique. Nous essayons de caractériser les facteurs constitutionnels et environnementaux impliqués dans l’étiologie de ces dermatoses inflammatoires.
De nombreux modèles ont été développés par nos chercheurs pour caractériser les différentes phases de ces dermatoses, étudier leur progression et évaluer l’activité pharmacodynamique de molécules ou d’extraits végétaux susceptibles d’améliorer l’état de la peau.

Hyper-pigmentation

Des solutions innovantes pour prévenir et atténuer l'hyper-pigmentation

Nos recherches ont pour objectif de proposer de nouveaux actifs permettant d’éclaircir ou unifier le teint ou de prévenir l’apparition des taches pigmentaires telles que le mélasma ou le lentigo. Les études de biologie clinique permettent d’explorer la pigmentation par des techniques d’imagerie ou de biologie moléculaire afin de mieux comprendre les mécanismes mis en jeu (taches pigmentaires, pigmentation constitutive ou photo induite). Des modèles cellulaires ou tissulaires utilisant des mélanocytes et des kératinocytes sont par ailleurs développés pour caractériser les voies de régulation de la pigmentation. L’ensemble de ces études permettent de proposer des solutions innovantes pour les produits dépigmentants.

Amincissement

minceur.jpgAccroître l’efficacité des produits amincissants

L’axe de recherche minceur s’attache à identifier des cibles pharmacologiques et des actifs permettant d'accroître l’efficacité des produits amincissants.

Nos laboratoires de pharmacologie cellulaire, tissulaire et clinique mettent en place des modèles originaux à l'aide desquels seront évaluées les propriétés des actifs sélectionnés pour leur caractère novateur. Nos recherches se focalisent actuellement sur la chronobiologie.

Biologie du cheveu

cheveu.jpgBeauté et biologie du cheveu et du cuir chevelu

Les propriétés biophysiques et biomécaniques des cheveux (brillance, couleur, souplesse, résistance, densité et épaisseur) sont étudiées à l’aide de différentes technologies (imagerie, tests mécaniques et optiques sur mèches) et évaluées via la réalisation de tests d’analyse sensorielle. Ces méthodes permettent d’évaluer l’efficacité des actifs et guident le développement galénique de nos produits capillaires.



Les mécanismes cellulaires et moléculaires qui contribuent à réguler le cycle pilaire, la séborrhée, l’hydratation et la sensibilité du cuir chevelu sont étudiés pour améliorer la prise en charge des différents types de chutes de cheveux et autres désordres associés au cuir chevelu. Le développement de modèles in vitro basés sur la culture des cellules du bulbe, de follicules pileux entiers et de cellules cutanées permettent la sélection d'actifs dont l’efficacité sera confirmée in vivo par la réalisation d’évaluations cliniques.